Très chère construction à La Réunion

Un rapport alarmant

Dans son dernier rapport, l’Autorité de la concurrence dresse un constat alarmant : les prix des matériaux de construction plus élevés de 39 % à la Réunion et de 35 % à Mayotte par rapport à la métropole.

Le rapport est alarmant. Dans le cadre de la lutte contre la vie chère, le ministre de l’économie et des finances a saisi l’Autorité de la concurrence d’une demande d’avis concernant la situation concurrentielle sur les marchés de matériaux de construction à La Réunion et à Mayotte.

L’Autorité a relevé que les prix des matériaux de construction sont en moyenne 39 % plus élevés à La Réunion par rapport à la métropole et de 35 % plus élevés à Mayotte, soit une différence bien plus importante que celle constatée pour le niveau général des prix (+ 7 %).

Les logements neufs très impactés

Ces prix élevés ont un impact économique important dans la mesure où les matériaux de construction représentent près du tiers du coût de la construction d’un logement dans ces territoires. En réduisant leur niveau à celui de la métropole, ce coût baisserait donc de 12 % en moyenne. La question est cruciale dans un contexte de crise du logement et d’accroissement démographique dans les territoires concernés.

L’Autorité estime que “la petite taille des marchés réunionnais et mahorais” et “leur éloignement des principales sources d’approvisionnement” sont “des obstacles naturels à l’obtention de prix comparables à ceux observés en métropole”.

Des normes inadaptées

Citant l’étude, le site Batinfo.com indique d’autres éléments expliquent aussi cet écart important, comme le transport -la grande majorité des matériaux de construction étant importés (380 millions de tonnes à La Réunion en 2014)-, et les difficultés de stockage liées à “la rareté du foncier”, qui fait par exemple exploser les loyers à “25 euros le m2 à Mayotte contre 7 à 10 euros en petite couronne parisienne”.

L’Autorité de la Concurrence pointe également des “normes inadaptées” aux habitudes de vie ou au climat tropical de ces territoires. Ainsi, “les normes d’isolation phoniques paraissent peu pertinentes dans des zones tropicales où les portes et fenêtres des habitations non climatisées peuvent rester ouvertes une grande partie de la journée compte-tenu de la douceur du climat”.

De plus, “l’exigence de certification CE (Conformité européenne) ou NF (Norme française) dans les matériaux utilisés “génère une forte dépendance des territoires ultramarins aux importations européennes et en provenance de Métropole”.

Ciment : une filière depuis Maurice ?

Pour faire baisser les prix, l’autorité préconise de simplifier la normalisation et la certification, par équivalence et sur place, de développer “des filières locales de matériaux, créatrices d’emplois, comme les isolants biosourcés et les briques de terre compressées mahoraise”, et de “faire entrer de nouveaux acteurs sur le marché”, afin de casser les prix par une concurrence accrue.

Il est proposé aussi de faire entrer de nouveaux acteurs et renforcer les petits opérateurs. Et l’Autorité de citer l’arrivée à La Réunion “d’un troisième importateur de ciment” qui a conduit à une réduction des prix de vente. Dans le secteur du bois, le développement des « petits-importateurs » au cours des trois dernières années a également conduit à une baisse des prix des principaux acteurs du marché, même si elle est demeurée limitée. Le rapport préconise enfin la mise en place d’une filière d’importation directe de ciment depuis l’île Maurice.

Une étude réalisée par la CCI de la Réunion indique que le prix à la tonne du ciment était de 90 € à l’île Maurice contre 210 € à la Réunion. De nouveaux acteurs, qui se sont développés à l’île Maurice, pourraient commercialiser du ciment à La Réunion, distante de seulement 230 km par la mer.

LG Le prix des matériaux de construction est en moyenne 39 % plus élevés à La Réunion qu’en métropole.



Pour télécharger le rapport:

http://www.autoritedelaconcurrence.fr

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Facebook

LIRE AUSSI
La Maison de l’Architecture en assemblée générale