Quelques données objectives sur les architectes

A l’heure où les architectes sont montrés du doigt parmi les professions réglementées, François Rouanet, le vice-président du Conseil national de l’ordre des architectes, en charge de l’Observatoire de la profession, remet les pendules à l’heure en rappelant quelques données objectives sur la profession.

16-1 Ecole A-Payet - 2APMR - H-Douris002

École Ary Payet (Saint-André). Arch.: 2APMR. © H. Douris

“Monsieur Arnaud Montebourg, ministre de l’Economie, lors de la présentation de sa feuille de route a mis directement en cause 37 professions réglementées sur la base d’un rapport qui sera diffusé «le moment venu», et prétend faire profiter les Français de 6 milliards qui seraient indûment «captés » par ces professionnels. Le Conseil national de l’ordre des architectes tient à rappeler plusieurs données objectives.

Tout d’abord, le monopole dont bénéficient les architectes, au-delà du seuil de 170m² de surface de plancher en marchés privés est restreint à l’établissement du projet architectural faisant l’objet d’une demande de permis de construire.

En outre, et ce depuis 1985, date de la première directive européenne fixant les conditions d’installation et de libre prestation de services des architectes à l’intérieur de l’Union européenne, les architectes sont, comme de nombreuses autres professions réglementées confrontés à la concurrence de leurs homologues des autres pays membres.

Les honoraires d’architecte sont librement négociés, et ce depuis l’ordonnance du 1er décembre 1986 sur la liberté des prix et de la concurrence.

S’agissant plus particulièrement du marché de la maison individuelle, qui représente près de 60 % du parc de logement et intéresse directement les usagers auxquels se réfère Monsieur Montebourg, il faut noter, aux termes de l’observatoire économique de la profession que l’Ordre des architectes publiera à l’automne, que les architectes bien loin d’avoir un monopole, réalisent en mission complète moins de 4% des maisons individuelles en dessous du seuil de 170m², et seulement 13% au-dessus de ce même seuil.

Enfin, et sur la base de ce même observatoire, on peut affirmer que les architectes subissent durement la crise du bâtiment et le manque cruel de construction de logements qui reste à un niveau historiquement bas, très largement en dessous de l’objectif des 500 000 logements annoncé par le gouvernement.

En effet, loin d’être une profession homogène et privilégiée, les architectes français affichent une très grande disparité de revenus : la moitié des architectes présente ainsi des revenus annuels inférieurs à 25 000 euros ; quant au revenu moyen, il est de 45.000 euros pour 6 ans d’études supérieures et 15 ans d’expérience professionnelle. Sur les dix dernières années, ce bénéfice moyen a seulement progressé de 10 % pour les architectes libéraux.

En conclusion, il n’est pas inutile de rappeler que la loi du 3 janvier 1977 a reconnu la création architecturale, la qualité des constructions, leur insertion harmonieuse dans le milieu environnant, le respect des paysages naturels ou urbains, d’intérêt public. Les architectes en sont les garants et appartiennent à un Ordre qui garantit aux consommateurs leur compétence, la souscription de leur assurance professionnelle et le respect de la déontologie.”

 —
François Rouanet,
vice-président du Conseil national de l’ordre des architectes,
en charge de l’Observatoire de la profession