Master: les premiers bizuths

Ils viennent de La Réunion, Maurice, Madagascar, Belgique, Brésil… et constituent la première promo en Master à l’école d’architecture de La Réunion. Une première depuis l’ouverture de l’école il y a 28 ans.

Maximin Assoune, qui enseigne la méthodologie à l’école d'architecture de La Réunion, entouré de la première promo de Master.

Maximin Assoune, qui enseigne la méthodologie à l’école d’architecture de La Réunion, entouré de la première promo de Master.

Une rentrée de plus ? Pas tout à fait. Parmi la centaine d’étudiants de l’école d’architecture de La Réunion, ce 12 septembre, figuraient 13 étudiants en Master 1. Un évènement puisqu’il s’agit des tous premiers Master accueillis depuis 28 ans que l’école existe. Il s’agit également de la première étape vers l’autonomisation de l’école d’architecture de La Réunion qui s’apprête à devenir une école de plein exercice, et ainsi s’émanciper de sa tutelle montpelliéraine.

La première promotion annonce la couleur: elle est résolument cosmopolite puisque dans ses effectifs, si on compte des étudiants de la Réunion et de Métropole, on compte également des étudiants Belges, Canadiens, allemands, Malgaches, Mauriciens et même Brésiliens. Parmi eux, Emilie ou Meh’Zabeen, intéressées par l’intitulé du Master “Architecture Ville et territoires” dont le terrain d’action, les tropiques, pourra leur permettre d’acquérir des compétences dans une partie du monde où les besoins sont importants. Bianca, qui est brésilienne espère bien rapporter cette expertise dans son pays tout comme Léocadie, déjà ingénieure de formation. La perspective d’un enseignement ouvert sur les rapports Sud/Sud et l’Océan Indien les motivent particulièrement. Rendez-vous dans deux ans pour de beaux projets de fin d’études.