La mobilisation, ça paye

Simplification de la contruction, révision de la RTAA DOM, rapport Bloche : l’intervention des architectes a fait bouger les lignes.

Bibliotheque departementale (Saint-Denis). Arch. Denis Paul

Bibliotheque departementale (Saint-Denis). Arch. Denis Paul

Plongés dans une période aux perspectives floues marquée par une perturbation normative dense, la baisse des honoraires et un mépris croissant pour la profession, les architectes se sont mobilisés.

De groupes de travail en groupes de travail, de commissions en commissions, de comités en comités, avec des rapports, par courriers, ils s’attellent à être présents pour peser dans les débats en témoignant de leur attachement à la qualité du cadre bâti et convaincre de la nécessité d’une création architecturale libérée.

 6 années

Depuis 2008, la profession dénonce les freins d’une réglementation en mille feuilles sclérosante qui définit des contraintes qui masquent les objectifs. Par conséquent, ils ne sont jamais atteints. D’ailleurs, 100% des constructions contrôlées sur le territoire national sont non conformes à cette réglementation.

En 2012, le rapport Colboc démontre les contradictions de la réglementation sur l’accessibilité.

En 2013, la présence obstinée des architectes dans les groupes de travail sur la déréglementation a marqué les échanges.

En 2014, Sylvia Pinel présente les 50 premières mesures de simplification pour la construction dont une grande partie est imprégnée du bon sens de notre profession.

L’adaptation locale

Parmi elles, la réglementation incendie va être adaptée pour tenir compte des spécificités constructives ultramarines. L’étude particulière lancée par le CROAR et la restitution du groupe de travail mise en place sont attendus pour l’adaptation du texte.

La RTAA DOM est en cours de révision pour devenir un outil de conception vecteur de qualité pour les constructions. L’obligation de moyens va être réduite pour redonner sa place aux objectifs et à l’ingénierie. Le travail est commencé et les contributions des confrères nourrissent la réflexion. Mais déjà, les fiches d’applications sont un résultat tangible des premiers travaux engagés les années précédentes.

Merci M. Bloche

Enfin, a force de marteler les débats sur l’intérêt public de l’architecture, en juillet 2014 le rapport du député Patrick Bloche propose de remettre la création architecturale au cœur de la société. Au-delà des 36 propositions, on parle de désir d’architecture et de replacer l’architecte au centre de la construction du quotidien.

« Au-delà de l’architecture extraordinaire des bâtiments iconiques, il (l’architecte) doit être en mesure de proposer de « l’ordinaire extra ». Figure de l’universalité, il doit avoir les compétences pour agréger toutes les autres autour du projet. Il doit se faire urbaniste et aménageur, créateur et ingénieur, porte-parole des citoyens, conseiller du responsable politique et pilote de chantier. C’est à cette condition que la création architecturale pourra retrouver un rôle déterminant, à la hauteur des enjeux d’aujourd’hui : un aménagement durable du territoire, un urbanisme ambitieux, une ville intelligente »

Alors oui, la mobilisation ça paye.

Eric HUGEL
président du Croar

 Eric Hugel carré