Kazenlèr

Si bleue, si calme ? Effet de mode ! Travailler l’archétype, détourner l’image populaire… Un nouveau crédo. Démago l’archi ? L’immeuble de logements en tient désormais une couche. Collectif en bas, individuel en haut. Matez un peu ma maison sur le toit, qui plus est, avec toit à double-pente, comme il faut ! Alors qu’est-ce à dire ?

Do-Ho-Suh, la maison suspendue
Do-Ho-Suh, la maison suspendue

Avez-vous déjà remarqué ces boîtes avec toit à double-pente qui pullulent sur les toitures-terrasses de certains immeubles ? Quelques exemples :

Didden village, Rotterdam
Didden village, Rotterdam

Le projet d’extension Didden village à Rotterdam de MVRDV (Winy Maas, Jacob van Rijs et Nathalie de Vries) est un prototype de densification appliqué aux villes existantes, conçu pour faire face au problème de l’étalement urbain. En somme, “bâtir la ville sur elle-même”, en habitant ses toits.

Edouard François architecture, Champigny
Edouard François architecture, Champigny

Les boîtes d’Edouard François jouent de l’image du “pavillon de banlieue” dans son immeuble Collage urbain à Champigny-sur-Marne. Voilà un étalage de différentes typologies de logements.

TETRARC, Playtime à Nantes
Agence Tetrarc, Nantes

Dans le bâtiment mixte Playtime à Nantes de l’audacieuse agence Tetrarc, au lieu de rassembler les différentes unités programmatiques dans une seule forme unifiée, les dispose dans des ensembles distincts superposés. Les boîtes à toit pentu accueillent des logements individuels en duplex.

Ces projets m’intriguent. Ces constructions, étranges, ne rentrent pas dans un registre habituel. Il y a certes une forme de curiosité mais aussi de perplexité.
Ces volumes compacts à quatre murs et au toit à deux pentes ne sont pas simplement des bâtiments construits mais une forme symbolique : l’archétype de la maison. Il s’agit d›une construction mentale, profondément implantée dans notre imaginaire collectif. Elle nous renvoie habituellement aux notions de famille, de village, de tradition.

L’architecture moderne a renoncé au toit traditionnel à double pente pour développer la toiture-terrasse idéalisée comme un nouveau sol, plein ciel, et ouvert sur le paysage, gagné sur le toit. Ce nouvel espace de liberté, considéré comme le toit moderne couronne tout bâtiment de logements modernes. L’héritage moderniste est toujours bel et bien présent au point d’écarter toute forme de toit à double-pente.

Le contraste des toitures-terrasses et de ces toits en pente auxquels les architectes avaient renoncé… Certes. De fait. Reconnaissance d’un archétype populaire ? Mépris des doctrines de l’architecture moderne ? Ironie même des hommes de l’art ? Innocentes manœuvres idéologiques ?

Ktdral, Olivier Brabant
Olivier Brabant, Saint-Denis de La Réunion

Quoi qu’il en soit, l’antinomie subvertit nos codes quotidiens et incite Monsieur Tout-le-monde flânant dans la rue à en parler. A parler d’architecture ! Pour une fois, elle n’est plus l’affaire intellectuelle et technique réservée aux professionnels, elle est celle qui s’adresse aux gens, qui les touche et qui fait plaisir. Le projet de la KTdral d’Olivier Brabant en est un bon exemple… On aime ou on n’aime pas, mais en tout cas, on en parle !

Si des architectes travaillent le thème des maisons Monopoly sur toiture-terrasse comme patchwork architectural à même d’illustrer notre condition urbaine, d’autres hommes de l’art poursuivent une recherche minimaliste sur un archétype populaire. Le revisiter passe par la chasse au superflu mais aussi par le soin du détail. Ce, pour instaurer une réalité réduite à l’essentiel.

Quelle que soit la typologie, chercher un archétype, épurer l’architecture à l’essentiel nécessite une grande capacité de synthèse et une maîtrise du détail. L’architecture est, par nature, la mise en place d’un état de complexité. Le résultat de cette démarche architecturale est saisissant. Le bâtiment n’est plus perçu comme un objet construit abstrait mais comme un signe, un langage, qui parle à chacun d’entre nous en invoquant quelque chose de ‹connu›, profondément ancré dans notre imaginaire. Chez les architectes, l’archétype, enfin le retour ? Bientôt affublé d’un -isme pour remplir quelques pages d’un livre d’histoire ?


Murielle Plas

Abonnez-vous à notre newsletter

Facebook

LIRE AUSSI
Viaducs, encore