« Je me suis trompé »

 

Je me suis peut-être un peu trompé en laissant entendre (dans un “papier” du précédent Rapido) que nos administrations n’avaient pas trop le souci de l’adaptation locale des nouvelles règlementations de la construction.

En effet, il semble que suite à l’intervention efficace de quelques fonctionnaires de la auprès des instances parisiennes, il devrait être possible d’appliquer certaines normes adaptées sans risquer de se retrouver devant le Procureur de la République. À suivre donc.

On ne peut que saluer l’initiative qui a été soutenue par toutes les réunions de concertation et d’échanges qui se sont tenues depuis des mois.

Ce qui me contrarie un peu, c’est que celui ou ceux qui ont été à l’origine de l’inadaptation de la règlementation resteront irresponsables de cette gabegie.

Cela donne l’impression qu’après le “responsable mais pas coupable”, puis le “principe de précaution”, voilà maintenant le “ni responsable, ni coupable”.

Nous qui prenons constamment des initiatives et qui sommes tenus pour responsable de tout quand il y a un problème dans un dossier ou sur une construction, on ne peut regarder cela que d’un œil narquois.

A propos de responsabilité, vous avez sans doute reçu ces jours-ci le dernier “Cahiers de la Profession” spécial outremer… avec 8 semaines de retard.

Il semblerait, là aussi, qu’il n’y ait pas de responsable de ce retard que nous avions signalé en son temps.

Entre l’éditeur, l’expéditeur, le routeur, la Poste, personne ne sait où sont partis les exemplaires destinés à La Réunion !!!!!

Il faudrait que s’achève le temps des irresponsables: administrations, SEM, partenaires, entreprises, et autres.

A nous d’y travailler.

Etienne Charritat