J’aime les lundis débat

 

Etienne Charritat

Il y a du monde et on y voit des confrères qu’on ne voit pas ailleurs. Les échanges sont vifs. Ça ne se passe jamais comme prévu. J’en retiens aussi l’envie constante de dépasser les limites du sujet du jour pour le resituer dans le contexte social réunionnais. Et puis, après le temps imparti pour le débat proprement dit, il y a toutes ces conversations de bord de trottoir (ou de comptoir) qui prolongent spontanément le désir d’échanger. Voilà une action qui n’est pas figée, qui évolue, qui est aléatoire comme la vie. Ça fait plaisir. Merci à ce Conseil de l’avoir mis en place et de continuer à l’organiser.

Etienne Charritat