Du Vorarlberg à La Réunion

Revenant d’un voyage dans le Vorarlberg (Autriche), l’architecte Patrice Rivière revient sur cette région qu’on dit exemplaire et s’amuse à la comparer à La Réunion.

Si les territoires de La Réunion et du Vorarlberg sont tous les deux montagneux à 90 % les différences démographiques et économiques apparaissent vite.
Si les territoires de La Réunion et du Vorarlberg sont tous les deux montagneux à 90 % les différences démographiques et économiques apparaissent vite.

Depuis une dizaine d’années, dans le milieu des architectes, on parle beaucoup du «miracle» de cette petite région d’Autriche et de son exemplarité en terme de développement durable. J’ai voulu me rendre compte par moi-même, et me suis organisé un tout petit circuit, faisant abstraction des nombreuses publications sur le sujet, et sans guide…

Pas d’architecture bioclimatique exemplaire

Première déception : je n’ai pas rencontré d’architecture contemporaine bioclimatique exemplaire. C’est comme partout : il y a le patrimoine vernaculaire, le béton et le verre de l’architecture « moderne » de la seconde moitié du 20° siècle et quelques tentatives récentes peu convaincantes (ou seulement techniquement convaincantes). Mais plusieurs choses méritent d’être relevées, qui confirment le pressentiment que j’avais.

Comme à mon habitude depuis quelques temps, pour aller tout de suite au-delà de ce que la comm’ des uns et des autres tente de nous inculquer, j’ai regardé l’économie et tenté un comparatif entre nos territoires. Car ils sont comparables, physiquement, à bien des égards.

Province du Vorarlberg (Autriche),
Vorarlberg (Autriche),

Superficie : 2 500 km² pour La Réunion
2 600 km² pour le Vorarlberg 

Altitude : de 0 à 3 000 m pour La Réunion
de 400 à 3 300 pour le Vorarlberg 

Pluviométrie : 2 m d’eau par an ici
1,7 m là-bas

Bref, des territoires tous les deux montagneux à 90 %.

Mais les différences apparaissent vite:

Population : 835 000 pour La Réunion
374 000 pour le Vorarlberg 

Densité : 334 hab./km² ici
144 hab./km² là-bas 

P.I.B. par hab. : 17 900 € ici
30 100 € là-bas 

Chômage : 35,9 % ici
6,3 % là-bas 

Bref, des écarts du simple au double et jusqu’au facteur 5 !

Administrativement, les deux territoires sont découpés en 4 sous-régions, mais le Vorarlberg compte 96 communes, alors que nous n’en avons que 24. D’où vient ce grand écart ? La région autrichienne, isolée par ses montagnes, sans façade maritime, a aussi connu une période de déclin, avant de rebondir ces dernières années. Même sans port et aéroport internationaux, elle est quand même bien située en Europe, entre la Suisse, le Lichtenstein, l’Italie et l’Allemagne, avec une vallée du Rhin légendaire.

Bois et hydroélectricité

On observe alors qu’elle dispose de deux grandes ressources, qui plus est renouvelables : le bois de ses forêts exploitées et l’hydroélectricité. Pour la forêt, c’est 275 000 m3 de bois produits, 3 500 emplois temps plein dans la filière bois, et 40% des bâtiments résidentiels en bois (200 M€ de CA). Quand la pluie nous permet de couvrir 20% de nos besoins en électricité, elle permet au Vorarlberg de produire 97% de son électricité. 557 GWh par an ici / 9 260 GWh par an là-bas. Et il est aisé d’imaginer les économies d’importation et l’activité locale qui en découlent.

déception pour Patrice Rivière, il a très peu rencontré d’architecture contemporaine bioclimatique exemplaire.
Déception pour Patrice Rivière, il a très peu rencontré d’architecture contemporaine bioclimatique exemplaire.

 

Transports

Et pendant qu’on y est …  Puisqu’il y a des similitudes dans nos reliefs. Comment leur chef-lieu, Bregenz (notre Saint-Denis) résout-il son problème de transit autoroutier, coincée qu’est la ville entre la montagne et le lac de Constance (notre océan) ? Par un tunnel ! De 6,7 kms pour un total de 438 M€ (1ère tranche 2006, 2ème tranche 2012)

1. Chez nous, les propositions transmises lors de l’enquête publique de 2011 sont : ou bien un tunnel de moins de 800 m sous la rue de Nice, ou bien un tunnel sous le centre-ville de 2 000 m.

2. Chez nous, c’est une route en corniche à 2 voies en 1963, une 4 voies en 1976 et son remplacement par un viaduc + remblais en mer prévu pour 2020 et pour 1 600 M€.

3. Notre proposition composite de 2011 prévoyait plusieurs tunnels : de 2 650m, 1 800 m et quelques petits de moins de 800m (sans ventilateurs).

Et encore … Comment franchissent-ils une chaîne de montagne comme celle de l’Arlberg (notre massif de La Montagne) ?

1. D’abord par une route en 1825 (notre RD 41 de 1854). Puis par un tunnel ferroviaire en 1884 (notre CFR de 1882). Enfin par un tunnel à 2×2 voies en 1978 !!

2. De 14,5 kms, pour 300 M€ + mise aux normes 2016 pour 210 M€, soit 510 M€ au total / 4 centrales de ventilation …

3. Cherchez l’erreur !


Patrice Rivière

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Facebook

LIRE AUSSI
Architectes de l’urgence